ALIENS ou Alien, le Retour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ALIENS ou Alien, le Retour

Message par Christopher Samuels le Jeu 15 Déc - 16:56



7 Ans séparent le 1er film de cette suite signée James Cameron. Enorme fan du film de Scott, il se voit confier le script et la réalisation suite au succès de Terminator. Faisant de cet opus un véritable Vietnam dans l’espace, Cameron réalise avec Aliens, le retour, non seulement le film le plus symbolique de son cinéma, mais également un approfondissement de l'univers (dont je recommande la version longue).
« Get away from her, you bitch ! »



Conscient de n'avoir aucune chance de battre Ridley Scott sur son propre terrain s'il se contente de mettre en image une banale suite, James Cameron, tout juste auréolé du succès de son premier "Terminator", va prendre en exemple le George Miller de "Mad Max 2", reprenant les ingrédients qui ont fait le succès du premier opus (en gros, des humains arrivent sur une planète et se fightent avec des grosses bêbêttes) mais en poussant le concept dans ses derniers retranchements et surtout en adoptant une approche légèrement différentes, laissant de côté l'angoisse insidieuse pour un spectacle plus frontal.
Ce qui aura pour résultat de voir ce second épisode taxé un peu rapidement de simple Rambo dans l'espace. Si Cameron joue effectivement beaucoup avec une iconographie guerrière et belliqueuse, où éclatent d'ailleurs ses talents d'ingénieur, il se sert de cette imagerie pour livrer une sorte de parabole délirante et décalée sur la guerre du Vietnam, la première moitié du film nous montrant tout simplement des bidasses orgueilleux et sûrs de la victoire plonger dans un univers qu'ils ont mal étudiés et se prendre une branlée monumentale.
Jouant comme Ridley Scott sur l'attente pour faire monter la tension (les aliens ne pointent le bout de leurs mandibules qu'au bout d'une bonne heure), il choisit cependant de les montrer frontalement et sous un jour purement animal et monstrueux, loin de la vision très élégante et sexuée imaginée par Giger. Spectaculaire, ultra-fun et parfois bien dégueulasse, porté par des seconds rôles attachants (en particulier Lance Henricksen), "Aliens" est l'air de rien un blockbuster incroyablement intelligent, permettant à Cameron de brosser un portrait de femme comme lui seul ose en proposer dans le cinéma d'action, racontant avant toute chose le combat acharnée de deux mères, l'une humaine et maman par adoption (Sygourney Weaver, magnifique d'intensité), l'autre, extraterrestre et digne d'une reine fourmi cauchemardesque, mais toute deux semblable dans leur rage et leur détermination à sauvegarder leur espèce respective, introduisant du coup le thème de la maternité contrariée, qui sera au centre du reste de la saga. Pas mal pour un simple film de bourrin.


Que dire:
L'idée d'un film porté par des femmes etait une chose plutot incroyable pour l'epoque. Il faut se souvenir que personnellement, je n'ai plus vu de film avec des femmes fortes depuis que Paul Verhoeven a mis les pieds aux USA.
Les Marines m'ont bien fait marrer, sortent de bidasses ne comprenant rien a ce qui les attend, et pensant avoir affaire a une sorte de gros "moustique".
La problematique de la Weyland-Yutani est mise en avant, de façon très marquées, et on y voit, comme pour Avatar des années plus tard, une critique des multinationales tentaculaires. Critique qu'on retrouvera a la même époque dans Gremlins 2.

Cameron reprend les bases de l’univers original, mais les prend ici a contre-pied.
 Alors que dans Alien Ash le cyborg est hostile aux humains, l’être synthétique Bishop, est cette fois un personnage positif. De même contrairement au premier opus, ce sont les humains qui partent chasser l’Alien volontairement après avoir été briefés par Ripley. Et non l'Alien qui est un chasseur tapit dans un vaisseau.



C’est le cas aussi par exemple de la relation mère/fille entre Ripley et Newt qui vient creuser la thématique de la maternité du premier film. Ici on apprend à Ripley que sa fille restée sur terre est morte de vieillesse (foutu hypersommeil !) et celle ci se trouvera une fille de substitution en Newt la petite orpheline qui, elle, l’appellera à la fin « Maman ».Une thématique qu’il appliquera également auc aliens en créant la mère des Aliens (apport énorme à la franchise) pour en dévoiler le cycle de ponte. (Avant que Prometheus ne viennent foutre la merde avec l'huile noire).

La thématique de l’homme avide et plus dangereux pour ses semblables que les Aliens est aussi de retour. Le personnage de Burke est là pour rappeler le comportement du cyborg dans Alien, tout deux ayant pour priorité la créature et non l’homme. Il est intéressant d’ailleurs de noter que si Bishop est si positif c’est grâce à sa programmation. L’humain est par nature indigne de confiance, le seul moyen d’en faire quelqu’un de bien c’est d’en construire un programmé pour cela. Bishop le dira à Ripley: « not bad for a human » confirmant qu’elle fait exception à la règle. On retrouve bien là le pessimisme du 1er Alien.



On y retrouve sa fascination pour les machines à la mécanique complexe et la grosse artillerie (Terminator 2, Avatar, True lies), mais aussi la même critique d’une société capitaliste où la folie des hommes les mène à leur propre perte (Wayland company dans Aliens, Cyberdine dans les 2 Terminator, RDA Corporation de Avatar).

Les seuls hics a reprocher a ALIENS sont la musique que j'ai trouvée inexistante et surtout, surtout, la gueule des Aliens dans ce film.
Autant le premier, la creature semblait belle, animale, predatrice, ici, elles sont certes très animale mais incroyablement moche. Le Cotés artificiel des creatures est vraiment trop marqués, et les deux seuls moments ou je les ai trouvés sublime ou noble, fut le reveil quand les marines se rapprochent du nid, la première fois, et lorsque les praetoriens arrivent alors que Ripley fait face a la Reine-mère Alien.
En dehors de cela, les creatures, particulièrement leurs bouches et les sauts font vraiment acteurs en costume, et cela m'as très vite sortis du film, malheureusement.
avatar
Christopher Samuels
Admin

Messages : 8
Date d'inscription : 10/12/2016
Age : 35

Voir le profil de l'utilisateur http://synthetics.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum