Alien VS Predator

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alien VS Predator

Message par Christopher Samuels le Jeu 15 Déc - 17:14



AVP est special pour moi, dans le sens ou je l'ai vu a une période noire de ma vie. Je l'ai vu en même temps que I Robot, et sincèrement, je l'avais trouvé bon et même sympa a l'époque.
Et j'en ai marre que les gens disent que ce film est une pure daube: Prometheus a le même scénar et y a des cons pour le défendre becs et ongles, merde.


Et vous savez le pire? J'ai revu AVP, il y a peu, et putain, il s'est sacrément bonifié avec le temps (Pas comme les Resident Evil). On est loin d'avoir un début pourri ou débile, non, c'est très bien ammené, les personnages sont devellopés, quoi qu'on en disent.
bien qu’il soit plus ou moins rangé dans le catalogue des tâcherons, il fait des efforts. Alien Vs. Predator est donc un film visuellement très soigné. On est loin de la platitude son précédent opus. Malheureusement, Anderson s’avère définitivement plus doué pour orchestrer de jolis plans (la découverte de la pyramide par la fusée luminescente, celle du vaisseau extra-terrestre, un Alien rugissant dominant sa proie vaincue) que pour mettre en scène l’action (par moments surdécoupée et confuse). Néanmoins, il truffe son œuvre d’idées visuelles bienvenues (comme l’utilisation de l’invisibilité des Predators, notamment leurs armes lors de leur première attaque) et surtout, il remporte haut la main le défi de la première rencontre entre les deux figures mythiques dans un plan jouissif, au même titre que beaucoup d’autres séquences. Autant de cadeaux aux fans du genre et de la saga.

L’auteur se permet ainsi d’étoffer la mythologie des Predators, véritables stars du film, par l’intermédiaire de nombreuses trouvailles scénaristiques. Charismatiques à souhait, les chasseurs bénéficient donc d’un statut privilégié par rapport à leurs rivaux, qui semblent tout d’abord relégués au second plan, tel un simple ennemi pullulant, mais ne sont pas totalement en reste. Les Aliens possèdent ici une qualité féline dans leurs mouvements qu’ils n’avaient pas auparavant (les effets spéciaux sont splendides) et leur Reine apparaît ici telle qu’on ne l’avait jamais vue. Moins imposante de respect que chez James Cameron, mais plus immédiatement terrifiante, l’avancée technologique aidant. Certains partis pris, déjà présents dans les bandes dessinées, refroidiront peut-être certains mais un simple saut de foi cinéphilique permet leur acceptation. Et le spectacle n’en est que plus réjouissant. Paul Anderson ne se rangera pas aux côtés des auteurs qui l’ont précédé, mais il n’en a pas la prétention. Il dépasse allègrement Stephen Hopkins et livre une série B pas honteuse du tout malgré quelques maladresses, dans les dialogues ("L’ennemi de mon ennemi est mon ami") ou la forme (un ralenti à chaque saut des Facehuggers, les créatures surgissant des œufs, caractérisés justement par leur rapidité).

Jamais il ne faut le fantasmer comme un alien 5.
Déjà, Si les 2 monstres avaient été 2 créatures inconnues du cinéma, les gens n'en auraient pas fait tout un cake. Maintenant, le défaut principal est le PG-13 : une giclée de sang dans la neige, voilà ce que le film nous offre. C'est bien léger et on sent la retenue de ce côté, ça casse l'ambiance... dommage...

Dans les éléments qui ont fait gueuler, autant y mettre le hola:
En ce qui concerne le copinage entre le pred et la nana, je vois pas ce qui gène, ça fonctionne plutôt bien avec la mythologie de la bête : une bande de chasseurs, avec un certain code d'honneur (le fait qu'ils n'attaquent jamais un homme désarmé, récompense donnée au vainqueur, quel qu'il soit, cf. le flingue dans Predator 2, etc.). Le Predator respecte la "chasseuse" qu'il estime avoir sous les yeux. Ajoutons à cela le fait qu'en plus, il soit lui-même un newbie (petit rappel : il fait son initiation dans ce film), ça crédibilise d'autant cette association que certains ont trouvé "contre-nature"

Donc, je persiste et signe: AVP est un excellent film, bien meilleur a tout point de vue sauf peut être technique, sur Prometheus. Et Merde a la fin, AVP R est d'ailleurs le suçage de la Fox, qui a donné aux fans debiles ce qu'ils voulaient: de la baston bourrine sans reflexion, là où AVP devellope ses personnages et un certain passif.

avatar
Christopher Samuels
Admin

Messages : 8
Date d'inscription : 10/12/2016
Age : 35

Voir le profil de l'utilisateur http://synthetics.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum